Loi sur les voies cyclables

Loi sur les voies cyclables

Sur la base de l'Art. 88 sur les voies cyclables et les chemins et sentiers pédestres de la Constitution fédérale, le Conseil fédéral a adopté le message relatif à la loi sur les voies cyclables à l'attention des Chambres fédérales en mai 2021. PRO VELO Suisse a exprimé un avis fondamentalement positif dans son communiqué de presse du 19 mai 2021.

La proposition du Conseil fédéral contient un certain nombre d'éléments importants qui sont indispensables à la promotion du vélo en Suisse. Il s'agit notamment de l'obligation de planification pour les cantons et les communes, qui devront mettre en place un réseau de pistes cyclables attractif et sûr de manière contraignante pour les autorités concernées.

Un deuxième point concerne les centres de compétence vélo, que tous les cantons doivent mettre en place. Ces derniers pourront aussi obliger les villes à créer à leur tour des centres de compétence. À cet égard, PRO VELO demande une solution plus contraignante: les villes de 20 000 habitant*e*s ou plus devraient être tenues de créer un tel centre.

Un troisième point central est l'obligation de remplacer les itinéraires supprimés ou qui ne répondent plus aux critères de sécurité et d’attractivité. Le Conseil fédéral veut ici laisser aux cantons le soin de supprimer l'obligation de remplacement.  Pour PRO VELO, cette disposition est trop malléable. La Confédération doit définir clairement les conditions dans lesquelles l'obligation de remplacer des itinéraires peut être supprimée. 

La loi sur les voies cyclables impose aux cantons et aux villes l'obligation de construire des voies cyclables plus nombreuses et de meilleure qualité. Cela entraîne des coûts, notamment dans les zones où le vélo a été négligé au cours des dernières décennies. PRO VELO attend de la Confédération qu'elle apporte une contribution financière plus importante aux infrastructures cyclistes dans le cadre des programmes d'agglomération. À cette fin, il convient d'augmenter le montant alimentant les programmes d'agglomération à partir du Le fonds pour les routes nationales et le trafic d'agglomération (FORTA). En outre, la part du gouvernement fédéral dans les subventions pour les infrastructures cyclistes doit passer du maximum actuel de 50 % à un maximum de 75 %.
Cependant, il existe également une demande de liaisons cyclables sûres et attrayantes en dehors des agglomérations. Là aussi, PRO VELO demande un financement fédéral, notamment pour les liaisons d'importance suprarégionale.

Dans l'ensemble, pour PRO VELO, la loi sur les pistes cyclables est un pas utile et nécessaire dans la bonne direction. Mais il faut plus que cela pour donner à la bicyclette le statut qu'elle pourrait avoir dans la mobilité quotidienne et de loisirs. PRO VELO appelle donc à l'élaboration d'une stratégie fédérale pour le vélo. De nombreux autres pays européens comme les Pays-Bas, l'Allemagne et la France disposent déjà d’une telle stratégie. Un tel document permettrait au Conseil fédéral d’illustrer comment il pense promouvoir le vélo et le rendre plus attrayant dans tous les domaines politiques.

Le Parlement débattra de la loi sur les voies cyclables dans le courant de l'année 2021 ; l'entrée en vigueur est possible en 2022 au plus tôt.