Mesures en faveur du vélo

Voies express vélo

© Dan Freeman

Parcourir de nombreux kilomètres d'affilée sans interruption? Pour les voitures, il existe des autoroutes. Pour les vélos, des voies express vélo sont en devenir. Celles-ci ont pour objectif d’offrir aux cyclistes des itinéraires de plusieurs kilomètres, continus et permettant une vitesse constante avec un minimum d’interruptions et un confort élevé. Ce concept est déjà présent dans de nombreux pays cyclophiles tels que les Pays-Bas, le Danemark ou l’Allemagne.

Les connexions rapides et directes dans les centres pour les vélos sont aussi d’actualité en Suisse, ceci d’autant plus avec le boom des vélos à assistance électrique. En fin 2010 par exemple,  PRO VELO Berne déposait déjà une demande auprès de la Conférence régionale de Berne-Mittelland et de la Ville de Berne : Site internet de PRO VELO Berne

Le rapport ci-dessous publié par l’OFROU et la Conférence vélo Suisse pose les fondements de la création de tels itinéraires en Suisse.

Lien vers le document

Suite à un projet pilote impliquant cinq villes suisse, l’OFROU a publié un rapport (2018) ainsi qu’une fiche d’information (2019) sur les rues cyclables (disponibles ici).

Contresens cyclables dans les rues à sens unique

Signal 408-1

Les contresens cyclables sont des rues à sens unique pour le trafic automobile, ouvertes dans les deux sens aux déplacements à vélo. Ils permettent de compléter les réseaux cyclables par des moyens simples, peu couteux et efficaces.

Leurs principaux atouts de sécurité :
- éviter le passage par les routes dangereuses/à fort trafic
- une plus grande visibilité entre les usagers
- pas de conflit avec les piétons en roulant sur le trottoir
- liaisons à vélo plus directes et meilleure densité du réseau cyclable

En Belgique et en France, les contresens cyclables sont obligatoires dans les zones 30. Il faut pouvoir prouver un risque (virage sans visibilité, ..) pour imposer un sens unique aux deux-roues légers.
 

Plus d'information:

Bordures adaptées aux personnes handicapées et aux cyclistes

[Translate to Français:] Image: Marco Starkermann, metron AG

Les bordures - la transition entre le trottoir et la chaussée - doivent aussi bien répondre aux exigences de la loi sur l'égalité des personnes handicapées qu'à celles de la circulation cycliste.

Depuis 1988, l'exigence minimale pour les bordures de trottoir est un ressaut  vertical  de  3  cm  de  hauteur. Afin de permettre aux utilisateurs de fauteuils roulants de les franchir plus facilement, des bordures inclinées de 4 cm de hauteur répartie sur une largeur de  13 à 16 cm de large (inclinaison de 25 %) sont autorisées depuis 2003.

Cependant, il n’y a jusqu’à présent pas eu d’évaluation pratique de l’adéquation des différents types de bordures de trottoirs pour les cyclistes.  

L'OFROU, le BFEH (Bureau fédéral de l'égalité pour les personnes handicapées), PRO VELO Suisse et Metron Verkehrsplanung SA ont donc effectué un test concernant l'adéquation de sept types de bordures différentes et de six interruptions. Le dispositif de test a été testé par trois groupes de volontaires : 20 malvoyants, 19 adultes et 11 élèves à bicyclette, 12 personnes en fauteuil roulant. Un appareil de mesure a également été utilisé pour enregistrer et évaluer l'accélération lors du franchissement des bordures de trottoir. Des représentants des chiens-guides pour aveugles ont également été consultés pour l'évaluation. Dans la composition des groupes, on a veillé à couvrir un large éventail de caractéristiques personnelles (par exemple l'aptitude à faire du vélo, l'âge, le poids, etc. pour les cyclistes). Les résultats des tests sont cohérents et plausibles. Toutefois, en raison de la conception de l'étude, les résultats ne sont pas considérés comme représentatifs à l’échelle de  la Suisse. Ils servent d'aide à la décision en ce qui concerne l'adéquation des arêtes de trottoirs.

Résultats : Il est donc important, pour chaque lieu, de trouver le bon compromis.

Les résultats se réfèrent à des caractéristiques pertinentes précédemment définies. Pour les malvoyants, cela comprend le guidage longitudinal, la perceptibilité vers le bas (bordures à angle droit et inclinées) ainsi que la disposition du bord de la chaussée.

Les cyclistes ont évalué le confort (vitesses et angles d'approche différents) et la sécurité. Pour les utilisateurs de fauteuils roulants, les facteurs à prendre en compte sont la facilité de circulation (montée et descente en roulant ou à l'arrêt), la force nécessaire et le risque de basculement. Il existe de grandes différences entre les bordures de trottoir en termes de facilité d'utilisation.

En ce qui concerne les résultats des tests, il convient de noter que pour tous les groupes d'utilisateurs, non seulement le type de bordures de trottoir, mais aussi l'inclinaison de la surface adjacente et l’état de la construction (par exemple une surélévation du revêtement) sont déterminants.

Les résultats du test ont été intégrés dans la révision de la norme VSS SN 640 075 Trafic piétonnier / Espace de circulation sans obstacle.

Lien vers le rapport PDF (en allemand uniquement), mai 2013