Communiqué de presse

Loi sur les voies cyclables : le nouveau conseiller fédéral Albert Rösti doit se mettre au vélo !

La loi sur les voies cyclables, entrée en vigueur le 1er janvier, est une étape im-portante dans la politique suisse du vélo. Après huit ans de travail politique, et suite à une décision populaire avec une part de oui de 74%, les cantons et les communes ont pour la première fois l'obligation de planifier et d’aménager des réseaux de voies cyclables. « Nous attendons du nouveau ministre des transports Albert Rösti qu'il devienne le ministre du vélo et qu'il mette rapidement en œuvre cette nouvelle loi », déclare Delphine Klopfenstein Broggini, vice-présidente de PRO VELO.

La Suisse reste un pays en voie de développement en ce qui concerne le vélo. En comparaison européenne, notre pays se situe en queue du peloton. Le vélo peut toutefois apporter une contribution importante à la réalisation de nos objectifs climatiques, en particulier dans les villes et agglomérations de plus en plus denses, où vivront bientôt les ¾ des Suisses-ses. Le vélo y est la solution la plus rapide et la moins chère pour se déplacer tout en contribuant à une meilleure qualité de vie.

La loi sur les voies cyclables, entrée en vigueur le 1er janvier, est un pas dans la bonne direction. Mais les lois ne sont aussi bonnes que leur mise en œuvre ! La demande dans nos villes et nos agglomérations est énorme. Les cantons doivent maintenant faire preuve de volonté politique et mettre à disposition les ressources financières et humaines nécessaires pour exploiter le grand potentiel de la petite reine et répondre aux attentes de la population.

Un service dédié au vélo dans chaque canton
Plusieurs principes de planification définissent la nature des réseaux de voies cyclables. Celles-ci doivent être cohérentes et raisonnablement denses, continues, attrayantes, sûres et séparées du trafic motorisé « lorsque cela est possible et approprié ». Les installations de stationnement pour vélos font également partie du réseau. En outre, tous les cantons doivent mettre en place un service spécialement dédié au trafic cycliste. 

Mise en œuvre trop lente
Les cantons ont maintenant cinq ans pour planifier leurs réseaux et leurs installations de stationnement. Ils devront ensuite mettre en œuvre et construire l'infrastructure cyclable d'ici 2042. Cette évolution est toutefois trop lente, ne serait-ce que du point de vue de la politique climatique. Il faut trouver un moyen d'accélérer ces processus, comme cela se fait déjà en matière de politique énergétique.

Financement insatisfaisant
Le financement de la nouvelle infrastructure doit en outre être mieux réglé. « Nous demandons que les villes et les agglomérations obtiennent plus facilement et plus rapidement plus d'argent, afin qu'elles puissent passer à la vitesse supérieure dans la mise en œuvre. Nous ne pouvons pas attendre 20 ans pour avoir des pistes cyclables attrayantes », déclare la conseillère nationaleDelphine Klopfenstein Broggini.

Renseignements
Delphine Broggini Klopfenstein, vice-présidente PRO VELO Suisse, 076 445 61 06
Jürg Buri, secrétaire général PRO VELO Suisse, 078 627 84 14