Communiqué de presse

Loi sur les voies cyclables: il faut passer à la vitesse supérieure

En mai, le Conseil fédéral a présenté la nouvelle loi sur les voies cyclables: la phase de consultation se termine le 10 septembre. Pour PRO VELO Suisse, la proposition va dans la bonne direction, mais reste trop timide. Les cantons doivent être responsabilisés, tandis que la Confédération doit apporter une contribution financière plus importante pour les infrastructures cyclables.

Le président de PRO VELO, Matthias Aebischer, résume ainsi la situation : "L'idée de la loi sur les pistes cyclables est bonne, mais le gouvernement fédéral doit passer à la vitesse supérieure". Le projet du Conseil fédéral contient des éléments indispensables pour faire avancer la mobilité cycliste en Suisse. Il s'agit notamment de l'obligation de planification pour les cantons et les communes, qui devront mettre en place un réseau de pistes cyclables attractif et sûr de manière contraignante pour les autorités concernées. 

Un deuxième point concerne les centres de compétence vélo, que tous les cantons doivent mettre en place. Ces derniers pourront aussi obliger les villes à créer à leur tour des centres de compétence. À cet égard, PRO VELO demande une solution plus contraignante: les villes de 20 000 habitant*e*s ou plus devraient être tenues de créer un tel centre.

Un troisième point central est l'obligation de remplacer les itinéraires supprimés ou qui ne répondent plus aux critères de sécurité et d’attractivité. Le Conseil fédéral veut ici laisser aux cantons le soin de supprimer l'obligation de remplacement. "Cette disposition est trop malléable pour nous", déclare Matthias Aebischer. La Confédération doit définir clairement les conditions dans lesquelles l'obligation de remplacer des itinéraires peut être supprimée. 

Sans financement fédéral supplémentaire, rien ne bougera
La loi sur les voies cyclables impose aux cantons et aux villes l'obligation de construire des voies cyclables plus nombreuses et de meilleure qualité. Cela comporte des coûts importants, en particulier lorsque le trafic cycliste a été négligé au cours des dernières décennies. PRO VELO attend de la Confédération une plus grande contribution financière à l'infrastructure cyclable dans le cadre des programmes d'agglomération. La proportion des subventions maximales pour les infrastructures cyclables doit passer des 50% actuels à 75%.

Nécessité d’une stratégie fédérale
Dans l'ensemble, pour PRO VELO, la loi sur les pistes cyclables est un pas utile et nécessaire dans la bonne direction. Mais il faut plus que cela pour donner à la bicyclette le statut qu'elle pourrait avoir dans la mobilité quotidienne et de loisirs. PRO VELO appelle donc à l'élaboration d'une stratégie fédérale pour le vélo. De nombreux autres pays européens comme les Pays-Bas, l'Allemagne et la France disposent déjà d’une telle stratégie. Un tel document permettrait au Conseil fédéral d’illustrer comment il pense promouvoir le vélo et le rendre plus attrayant dans tous les domaines politiques.


Renseignements
Matthias Aebischer, conseiller national, président PRO VELO Suisse, 079 607 17 30
Jodie Roussell, membre du comité de PRO VELO Suisse, 079 957 17 66

Communiqué

Mehr Aktuelles: