Communiqué de presse

Se rendre au travail en mouvement: bike to work 2015 commence vendredi

L’action bike to work commence le 1er mai: pendant deux mois, plus de 50 000 employé-e-s profiteront des bienfaits du mouvement au quotidien. Car faire du vélo permet d’entretenir son capital santé, ce qui ne profite pas seulement aux cyclistes, mais aussi aux employeurs et à l’État.

Après onze ans d’existence, bike to work n’a pas perdu de son attrait. Bien au contraire: un nouveau record de participation sera probablement atteint cette année. Le succès de bike to work repose, d’une part, sur la possibilité offerte aux entreprises de proposer à leurs employé-e-s une solution active, simple et avantageuse de promotion de la santé. L’éventail des entreprises qui participent à l’action est large. On retrouve de grands groupes tels que Migros, l’UBS et ABB, mais ce sont les PME qui forment le gros du peloton: entreprises de peinture, sociétés d’informatique, pharmacies, etc. Des organisations internationales, telles que les Nations Unies, et des instituts de recherche, tels que le CERN, à Genève, ont également répondu à l’appel.

Le trafic cycliste coûte cher? bike to work s’est renseigné
L’Office fédéral de la statistique (OFS) a récemment publié son rapport sur les coûts des transports, qui, pour la première fois, prend également en considération la mobilité douce. Verdict: le trafic cycliste représente un coût de 1.50 franc par kilomètre. PRO VELO s’est renseigné auprès de l’OFS et en a tiré les conclusions suivantes. Le rapport ne tient pas compte des effets positifs sur la santé de la mobilité douce, que l’Office fédéral du développement territorial a pourtant chiffrés à 3733 millions de francs dans son étude «Effets externes des transports». Si l’on met ce chiffre en relation avec les coûts du trafic cycliste, on aboutit à un gain de 27 centimes par kilomètre parcouru à vélo. Les bénéfices pour la santé publique sont donc supérieurs aux coûts moyens. En 2014, la communauté bike to work a parcouru 7 802 243 kilomètres à vélo, ce qui correspond à un gain net de plus de 2 millions de francs.

Deux mois de vent en poupe
Pour la première fois cette année, l’action bike to work durera deux mois. Les entreprises ont le choix: elles peuvent participer en mai, en juin ou les deux mois. Un tiers des entreprises ont choisi cette dernière option. Les inscriptions sont encore ouvertes pour l’action de juin sur www.biketowork.ch. L’action bike to work 2015 se clôturera le 9 juillet par le tirage au sort des prix individuels et collectifs, qui atteignent cette année la valeur totale de plus de 120 000 francs.

Études citées:

Coûts et financement des transports, Office fédéral de la statistique (en allemand)

Effets externes des transports, Office fédéral du développement territorial

téléchargement communiqué de presse