Communiqué de presse

bike to work : 12 718 équipes et dix allers-retours jusqu’à la lune

L’action bike to work s’est achevée fin juin. Cette 9e  édition a connu un fort succès, avec un record de participation des entreprises.

Se rendre au travail à vélo : l’idée séduit toujours plus d’entreprises et de pendulaires dans toute la Suisse. Cette année, l’action bike to work organisée par PRO VELO Suisse a connu un record de participation, avec 1602 entreprises inscrites et environ 50 000 personnes qui ont enfourché leur bicyclette pour aller travailler.

Sur le mois qu’a duré l’action, 7.2 millions de kilomètres ont été parcourus à vélo. Autrement dit, les participants ont fait dix fois l’aller-retour jusqu’à la lune. Pour franchir une distance pareille, une petite voiture dégagerait 1156 tonnes de rejets de CO2 (base de calcul : 160 g de CO2/km). 

bike to work renforce l’esprit d’équipe
Le trajet jusqu’à la lune ne se fait pas tout seul. Cette performance est le résultat d’un vrai travail d’équipe. Au sein des entreprises inscrites, les participants forment des équipes de quatre personnes qui s’encouragent mutuellement. Dotées de noms originaux tels que « les fend la bise », « les bikeljacksons» ou « I bike it », ce sont 12 718 équipes qui ont investi les routes un peu partout en Suisse.

La participante Uta Reichardt s’est rendue au travail à vélo pratiquement tous les jours pendant le mois de juin. Elle n’a pris le RER qu’une fois, à cause d’un pneu à plat découvert le matin même. Cette jeune femme de 27 ans, gestionnaire de projet à SwissRe, à Adliswil, a proposé à son collègue de bureau de former l’équipe «Fiorentina» pour participer à l’action bike to work. Grâce à celle-ci, elle a rencontré d’autres employés de son entreprise. « Les deux autres membres de l’équipe, je les connaissais seulement de vue, explique-t-elle. Pour l’aventure bike to work, nous nous sommes motivés les uns les autres à monter sur nos vélos le plus possible ». Elle n’a pas l’intention de s’arrêter là, même si son domicile à Zurich se trouve à 11 kilomètres de son lieu de travail : « Oui, je reste en selle. Cela me fait 35 minutes d’air frais tous les matins, alors pourquoi y renoncer ? Et depuis peu, j’ai même une pompe à vélo dans la cave », ajoute-t-elle en souriant.

Photo de Uta Reichardt
Les détails de l’action en faits et chiffres
Les entreprises participantes 2013
téléchargement communiqué de presse